international

Actualités

Nouveaux partenariats internationaux : l’Amérique latine à l’honneur !

Publié le 24 Mars 2022

Universidad Tecnológica de Panamá et Universidad de los Andes, en Colombie, comptent désormais parmi les partenaires internationaux de l’École. L’équipe de la Direction des relations internationales ouvre ainsi de nouveaux horizons aux élèves ingénieurs centraliens. 

Centrale Marseille relie les étudiants du monde ! Universidad Tecnológica de Panamá et Universidad de los Andes, en Colombie, viennent abonder le réseau international de l’École. 

« Nos deux nouveaux partenaires appartiennent, comme Centrale Marseille, au réseau Magalhães, qui fédère les établissements d’enseignement supérieur d’Europe, d’Amérique latine et des Caraïbes, rapporte Emmy Arts, responsable des Relations internationales. Ils participent également au projet européen WorldPendulum, porté par Técnico Lisboa et dont nous sommes parties prenantes. Cette double appartenance commune a favorisé les rapprochements, qui ont abouti à ces accords bilatéraux. »

Parmi les bénéfices attendus : le développement de la mobilité (des élèves, enseignants-chercheurs et personnels), des collaborations scientifiques, un partage des savoirs et des avancées de la recherche.

L’Amérique latine convoitée par les Européens

Enrichir sa formation, parfaire un bilinguisme encore timide, découvrir une nouvelle culture, partir à l’aventure… les raisons de quitter son école le temps d’un séjour académique à l’international sont aussi nombreuses que les profits attendus.

Si les voyages forment la jeunesse, ils prodiguent mille autres vertus : ouverture d’esprit, autonomie, curiosité, maturité, capacité d’adaptation. Évoluer dans un environnement multiculturel renforce les qualités liées au savoir-faire social (communication interpersonnelle, ouverture aux autres et à la pluralité des points de vue et des pratiques, etc.).

Les futurs ingénieurs centraliens évolueront sans doute dans des milieux professionnels multiculturels et, au moins, bilingues. L’équipe de la Direction des relations internationales s’attache donc à nouer des partenariats durables et équilibrés en matière de mobilités et de coopérations de recherche.

Or il se dit que les Amériques centrale et du Sud ont le vent en poupe. Les témoignages d’étudiants français qui en reviennent sont des plus enthousiastes, sinon dithyrambiques. 

De leur côté, Universidad Tecnológica de Panamá et Universidad de los Andes ont de sérieux atouts à faire valoir.

Universidad Tecnológica de Panamá, une coopération académique et scientifique tous azimuts

Elle est l’une des principales universités publiques du pays. UTP Panama comprend six facultés et s’étend sur sept – bientôt huit – campus à travers le pays. L’université s’est engagée dans plusieurs processus d’accréditation et de certification de ses diplômes, programmes, laboratoires et autres personnels pour obtenir une reconnaissance officielle de la qualité de sa formation, de sa recherche et de sa gestion. L’établissement est ainsi reconnu par des organismes nationaux et internationaux dédiés, dont l’Hcéres (Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) qui a, en 2021, accrédité l’Université pour cinq ans. 

L’accord signé entre Universidad Tecnológica de Panamá et Centrale Marseille annonce une forte coopération dans les domaines de la formation, de la recherche et de la mobilité.

Les élèves ingénieurs centraliens peuvent d’ores et déjà imaginer passer un semestre aux côtés de l’un des 116 chercheurs de l’Université ou suivre l’une de ses nombreuses formations de niveau master à doctorat.

Le parc de l'Universidad de los Andes à Bogotá, Colombie

SMILE, un accord bilatéral qui sourit à l’École et son partenaire colombien, Universidad de los Andes

Universidad de los Andes est la première université de Colombie et se classe parmi les cinq meilleures d’Amérique latine. Privée, laïque, indépendante et particulièrement prestigieuse, elle se situe en plein centre-ville de Bogotá, dans un cadre remarquable et propice à une vie étudiante studieuse, sereine et festive

L’École et l’Université, déjà liées par une coopération de recherche dans le domaine de l’optique quantique, viennent de signer un accord SMILE, ouvert aux seuls établissements partenaires du réseau Magalhães. Bilatéral et valable quatre ans, le document permet aux étudiants de séjourner un semestre ou une année à l’étranger sans s’acquitter de frais de scolarité supplémentaires auprès de l’établissement d’accueil. 

Tous les masters en ingénierie de l’Universidad de los Andes sont dorénavant ouverts aux élèves ingénieurs centraliens qui répondront aux prérequis. 

Le Brésil, un partenaire historique

L’anthropologue brésilienne et professeure à la faculté d’Unicamp (Université de Campinas, État de São Paulo) Helena Sampaio est récemment venue rencontrer la directrice de l’école, Carole Deumié, dans le cadre de ses recherches sur l’enseignement supérieur. Celles-ci portent notamment sur l’influence du modèle napoléonien des grandes écoles dont se sont inspirées les universités brésiliennes et l’internationalisation de l’enseignement supérieur brésilien

La chercheuse a profité de sa visite centralienne pour retrouver l’une des doctorantes dont elle codirige la thèse : Emmy Arts, responsable des relations internationales à Centrale Marseille ! Les deux femmes vont bientôt déposer un projet de recherche cofinancé par l’État de São Paulo sur le double diplôme d’ingénieur entre le Brésil et la France.

Centrale Marseille reçoit nombre d’étudiants brésiliens, chiliens et mexicains dans le cadre de doubles diplômes. L’École se réjouit de pouvoir accueillir bientôt des jeunes colombiens et panaméens. Cette diversité participe de sa richesse. 

Pour leur part, les élèves ingénieurs centraliens qui effectuent ou ont effectué un séjour académique international pourraient témoigner de la richesse qu’apporte cette expérience académique, scientifique, humaine, culturelle marquante à vie !