Le RMEI, au service du rayonnement de l’ingénierie méditerranéenne

Il est une création de l’École supérieure d’ingénieurs de Marseille, l’une des quatre écoles fondatrices de Centrale Marseille. Fondé en 1997, le Réseau Méditerranéen des Écoles d’Ingénieurs (RMEI) agglomère aujourd’hui une soixantaine de formations d’ingénieurs et de managers, réparties dans les pays du pourtour méditerranéen et au-delà. Un signe éloquent de son développement et de ses ambitions.

À l’origine, le Réseau méditerranéen des écoles d’ingénieurs s’avançait comme une réponse au programme Erasmus qui ne couvrait pas l’aire méditerranéenne. Le RMEI est ainsi né du besoin de valoriser les richesses scientifiques, culturelles, humaines des pays du pourtour méditerranéen. 

Aujourd’hui, ses membres comprennent l’Albanie, l’Algérie, le Brésil, la Crète, Chypre, l’Égypte, l’Espagne, la France, la Grèce, Israël, l’Italie, la Jordanie, le Liban, la Libye, le Maroc, la Mauritanie, la Palestine, le Portugal, la Roumanie, la Russie, la Tunisie et la Turquie. Et ses missions ont évolué pour s’enrichir.

Parce que l’union fait la force

Hébergé à Centrale Marseille, le RMEI œuvre à la fois au bénéfice des étudiants, des établissements d’enseignement supérieur, des entreprises et des organismes publics. Professeur et ancien président du Réseau, Léo Vincent précise : « Le RMEI contribue au développement quantitatif et qualitatif des établissements de formation supérieure dans les pays méditerranéens ; il accompagne les entreprises par le montage d’opérations de recherche, de transferts de technologie vers les PME, de création de nouvelles activités ; il renforce le maillage entre les réseaux d’universités et les membres du réseau ; il encourage ces derniers à participer aux réflexions et actions en faveur de l’essor socio-économique méditerranéen. Il met aussi les compétences et ressources de ses membres au service du développement durable. »

Afficher la carte en plein écran

Une association engagée

Les membres du RMEI nourrissent des échanges féconds et, ce faisant, développent une culture de la paix fondée sur la diffusion des sciences, le respect des cultures et le dialogue interculturel. Si ses valeurs cardinales vont en premier lieu à l’éducation, l’association s’engage en faveur d’une innovation mise au service du développement durable. Cette action du RMEI bénéficie du soutien de l’Unesco via sa chaire 651 dédiée au développement durable. Un appui qui a été renouvelé trois fois depuis sa création, en 2004.

Centrale Marseille et le RMEI affirment leur identité méditerranéenne et reconnaissent leur chance d’évoluer au carrefour de l’Europe, de l’Afrique et de l’Orient. En termes d’échanges interculturels, de partenariats, de partages d’énergies, de créativités et de projets, gageons que cette position unique augure du meilleur.